Taille de caractère : normal ou agrandie

Les news

Restauration des calvaires et croix de chemins (1)

 

Dans la continuité du travail des générations passées qui eurent à cœur de restaurer l’œuvre des ancêtres (maladroitement parfois !), la commune de Sarralbe a décidé en 2012, de tout mettre en œuvre pour préserver 18 des calvaires recensés sur son ban. Les croix des chemins, survivance des cultes païens sont des guides pour les pèlerins, les voyageurs ; les croix des limites servent de bornes (entrée et sortie du village, de la paroisse) ; sur les hauteurs, elles veillent sur le village ; près des fontaines, elles les sanctifient ; croix mémoriales, elles sont des témoins érigés sur le lieu d'une mort brutale ou d'un évènement heureux ; croix et calvaires sont nés à l'initiative de la communauté ou privée, chacun a son histoire : un voeu, un remerciement, une promesse.

De nombreuses guerres, les perturbations sociales, le temps, les intempéries, les saisons, ont été souvent funestes à ces œuvres d’art. Mathieu Peltre, de Nébing, a été chargé de la restauration des croix et calvaires de Sarralbe de l'automne 2012 au printemps 2013.

Les calvaires et croix des chemins de Sarralbe sont en grès. Dans une même pièce, le veinage de la pierre fait que l’on peut trouver du grès gris, rose, brun. C’est ce qui complique le travail de restauration car il faut composer le mortier dans la bonne couleur.

Huit couches de peinture

La belle croix du « Steiner Kritzel » date de 1802. « Celui qui l’a faite avait de l’or dans les mains », s’émerveille Mathieu Peltre, le restaurateur. Elle était recouverte de huit couches de peinture. L’artisan l’a enduite plusieurs fois de décapant, avant de l’emballer pour que le produit agisse malgré le froid et le gel. Le but de l’opération était de retirer toutes les couches de peinture.

Toutes les pièces ont ensuite été hydrogommées, c’est-à-dire nettoyées au jet d’eau à 3 bars et mélangée avec un peu de sable. Après l’hydrogommage, l’artisan a souvent eu des surprises et certaines fissures sont apparues : statue cassée en trois pour saint Nicolas du Haras ou quatre morceaux pour la croix du cimetière anglais.

Mathieu Peltre a appliqué un mortier de restauration respectant la couleur d’origine de la pièce et il l’a sculptée. La statue de la Vierge en pleurs, au cimetière, n’avait plus de mains : comme en chirurgie, il a fallu lui faire une greffe. La pierre greffée a été retaillée sur la statue.

Le travail de restauration a été long. Egressée pour mettre les sculptures en évidence ou au contraire layée pour que la pierre garde un aspect vieilli, la pierre restaurée a encore nécessité de multiples interventions. Démontés, nettoyés, restaurés… Les croix des chemins et les calvaires ont été remontés à leurs emplacements d’origine.

Le seul regret de Nicolas Peltre est de ne pas avoir trouvé de reliques sous les croix et les calvaires de Sarralbe, comme c’est souvent le cas.

  

Pendant la période estivale, après la fête de la musique, la municipalité de Sarralbe a organise en 2013, sur la place de la République, une exposition consacrée à l’histoire des calvaires et croix des chemins ainsi qu’à leurs travaux de restauration.

A suivre

Retour à la liste des actualités
Les vidéos L'actu de Sarralbe
en vidéos !
Les photos Les plus belles images
de Sarralbe
Vue du ciel Voir la vidéo Télécharger Documents
administratifs
Vigicrues Toutes les informations
sur les crues de la Sarre
Les boutiques Les vitrines de
Sarralbe
La webcam Les cigognes de
Sarralbe