Taille de caractère : normal ou agrandie

Les news

Le droit de grenouillage était au Moyen-Age, un privilège du seigneur...

Le droit de grenouillage était au Moyen-Age, un privilège du seigneur, qui consistait pour celui-ci, à imposer à ses paysans la corvée de battre, à l’aide de longues verges, les eaux dormantes autour de la demeure seigneuriale, afin d’empêcher les grenouilles de troubler, par leur coassements, son repos et son sommeil au cours des nuits printanières ou estivales.

Certains auteurs ont voulu rattacher cette pratique à des survivances de rites très anciens, cependant il semble que dans l’antiquité gréco-romaine on n’en retrouve aucune trace. Le droit de grenouillage paraît remonter à la fin du XIIe siècle, d’après les mentions les plus anciennes, trouvées à ce jour, dans de vieux parchemins (Censier de l’abbaye St. Maximin de Trèves, 1177-1219). Mais il est fort probable que ce droit était déjà exigé bien avant la rédaction des textes, lesquels se contentaient souvent de reprendre par écrit les droits coutumiers, consacrés par l’usage. 

Le fait que cette corvée était exigée chaque fois que le seigneur, laïque ou clérical, venait résider dans la localité, notamment au printemps, lorsqu’il se déplaçait pour les audiences judiciaires (plaids) d’avril-mai, prouve bien qu’il s’agissait effectivement de faire taire les grenouilles, les « raines » ou les « renottes ». C’était l’un des droits ridicules (« Dienste aus Hoffahrt und Mutwillen ») propres à la féodalité et qui ont tout particulièrement nourri la rancune contre l’Ancien Régime et le « temps des seigneurs ».

Au Pays d’Albe et dans sa proche région, cette coutume, d’après les textes anciens connus, étaient en usage à : Holving, Puttelange aux lacs, Albestroff, Givrycourt, Torcheville, Sarreinsming, Sarre-Union, Sarrewerden.

En ce qui concerne Sarralbe, aucun auteur ne paraît jusqu’à présent avoir découvert un texte y attestant la pratique de cette coutume. Il est vrai que les nombreuses et riches archives se rapportant au passé lointain de notre ville, surtout celles se trouvant à Sarralbe même, ne semblent pas encore avoir été explorées à fond. Mais il serait assez étonnant que chez nous ce droit de grenouillage n’ait pas existé également, alors qu’il était pratiqué dans les proches environs. Car la cité d’Albe, en tant que siège d’une châtellenie épiscopale au cours du Moyen-Âge, avec son château situé parmi les eaux de la vallée, avec les fossés de son enceinte, ne devait pas manquer ni de visites seigneuriales, ni de grenouilles coassantes. Le site et le nom aquatiques de Sarralbe sont suffisamment évocateurs quant à la présence de batraciens.

... mercredi prochain, les origines du sobriquet... 

Texte de Louis Serpe "Les Amis du Pays d'Albe" bulletin n°10 année 1979

 

Retour à la liste des actualités
Les vidéos L'actu de Sarralbe
en vidéos !
Les photos Les plus belles images
de Sarralbe
Vue du ciel Voir la vidéo Télécharger Documents
administratifs
Vigicrues Toutes les informations
sur les crues de la Sarre
Les boutiques Les vitrines de
Sarralbe
La webcam Les cigognes de
Sarralbe