Taille de caractère : normal ou agrandie

Les news

Commémoration de l'Appel Historique du Général de Gaulle et de la bataille du 14 juin 1940

Depuis 2006, le 18 juin est institué « Journée nationale commémorative de l’appel historique du général de Gaulle à refuser la défaite et à poursuivre le combat contre l’ennemi ». Elle rend hommage à l’ensemble des Résistants français.

Après lecture de l’Appel du 18 juin devant le monument aux morts par le Chef d’Escadrons Gabriel Clop et un dépôt de gerbe le cortège se rend au Knopp.

La Musique Municipale rehausse la cérémonie par ses interprétations.

Parmi les personnes présentes on note : la députée Nicole Trisse ; Gérard Bergantz, adjoint au maire ; le Chef d'Escadrons Gabriel Clop Délégué de l'ANMONM et Maitre de cérémonie, le Capitaine Guy Frantz commandant les pompiers de Sarralbe, l'Adjudant-Chef Stéphane Lhuillier Commandant la Brigade de Gendarmerie de Sarralbe, Christian Guth Président de l'UNC, J. M Legeron du RICM, remplaçant le Général Robin, Philippe Keuer des Amis du Pays de l'Albe, l'Adjoint au Maire d'Holving, le représentant les Médaillés Militaires, les porte-drapeaux, une délégation de sapeur-pompiers, la Musique Municipale de Sarralbe.

Parmi les associations patriotiques extérieures à Sarralbe, il y avait l'association des Anciens Combattants Polonais en France (venue de Nancy) et le Souvenir Français de Freyming-Merlebach.

Parmi les personnes présentes, il y avait M. et Mme Wosniak (venus de la Loire) : le papa de M. Wosniak était un combattant polonais tué le 14 juin 1940 dans les environs de Sarralbe et porté disparu. Il y avait aussi deux filles d'un marsouin (caporal Berthet) qui avait combattu à Rémering et qui jusqu'à son décès il y a une dizaine d'année, assistait régulièrement aux cérémonies. 

Au Knopp Philippe Keuer évoque la Mémoire des combattants de 1940.

Je voudrai, en quelques lignes, évoquer les événements qui se sont déroulés dans notre région entre septembre 1939 et juin 1940.

En commençant par rappeler une autre date : celle du 28 juin 1919.

Nous célébrons cette année le centenaire de la signature, le 28 juin 1919, du Traité de Paix de Versailles, qui mettait officiellement fin la première guerre mondiale.

C’était un traité de compromis, qui avait été négocié entre les seuls vainqueurs, et qui ne parviendra pas à instaurer une paix durable, puisque 20 ans après, l’Europe, puis le monde, reprenaient les chemins de la guerre.

Une guerre qui, pour nos populations locales, se traduira dès le 1er septembre 1939, par l’évacuation forcée de leurs villages, l’abandon de leur situation et de leurs biens, et le départ pour un exil lointain, vers le Sud-Ouest, le Nord ou le centre de la France.

Une guerre qui sera caricaturée pendant ses premiers mois par l’expression « drôle de guerre ».

Or, drôle elle ne le sera pas pour ces milliers d’hommes, arrachés à leur vie civile, familiale et professionnelle, et qui, en quelques jours, redevenus soldats, se retrouvent en première ligne, les armes à la main.

Déployés le long des frontières, dans une région totalement vidée de ses habitants, des dizaines de milliers de soldats vont vivre dans des conditions particulièrement difficiles, sur des positions où rien n’était prévu pour les recevoir.

Exposés à la pluie, à la boue puis au froid, ils vont inlassablement poursuivre les travaux de mise en défense du secteur, veiller de longues heures durant, vivre dans l’attente, et parfois dans l’ennui.

Ils ne seront épargnés, ni par les maladies, ni par les accidents.

Mais l’activité militaire ne se réduisaient pas aux seuls travaux sur la ligne principale de résistance. Les postes avancés, situés à proximité immédiate de la frontière, seront les théâtres quasi quotidiens, de bombardements d’artillerie, de coups de mains et de tentatives d’infiltrations entre les deux camps.

Corps francs français et allemands se livreront régulièrement à des incursions et des embuscades souvent meurtrières.

Alors que les communiqués de presse quotidiens restent très évasifs, la liste des morts, des blessés et des prisonniers dans les intervalles de la ligne Maginot ne cessera de s’allonger.

La « drôle de guerre » prendra brutalement fin le 10 mai 1940, lorsque les Allemands lanceront leur offensive à l’Ouest.

Dans notre région, le front s’animera à partir de la 2e quinzaine du mois de mai.

Au début du mois de juin, l’ennemi entreprendra la conquête des avant-postes et les préparatifs d’une attaque qu’il lancera contre la Trouée de la Sarre, le 14 juin à l’aube.

Nous commémorons aujourd’hui le 79e anniversaire de ces combats, qui opposèrent les défenseurs du Secteur Fortifié de la Sarre aux hommes de la 1re Armée Allemande du général von Witzleben.

Une bataille qui se perd dans la tourmente de la guerre éclair et de la défaite française de juin 1940.

Une bataille dont l’histoire n’a pas retenu la bravoure dont firent preuve les marsouins, les mitrailleurs d’infanterie de forteresse, les artilleurs et les grenadiers polonais, face à un ennemi très supérieur en nombre et en moyens mis en œuvre.

Une bataille qui se soldera par un bilan humain particulièrement lourd, avec près de 2000 morts et 5800 blessés dans les deux camps.

Une bataille, qui au soir du 14 juin, résonnait comme un échec pour l’assaillant.

Une victoire défensive française éphémère, réduite à néant par l’ordre de repli donné par le haut commandement, et exécutoire le soir même...

Les commémorations d’aujourd’hui sont là pour nous rappeler tous ces événements et le sacrifice consenti par nos grands ainés.

Les derniers combattants de cette bataille sont aujourd’hui centenaires et plus.

... Bientôt ces événements ne seront plus la mémoire de personne... mais ils resteront inscrits à jamais dans le livre de l’Histoire de notre région et de notre Pays.

Une page d’histoire qui ne doit pas tomber dans l’oubli, et pour laquelle nous avons un « Devoir de Mémoire », mais aussi un « Devoir d’Histoire », notamment auprès des jeunes générations...

Je voudrai remercier les municipalités de Sarralbe, Holving et Rémering, ainsi que l’UNC de Sarralbe et les associations patriotiques et locales, pour leur engagement et leur fidélité à honorer la Mémoire des combattants de 40.

Philippe Keuer

Puis Gérard Bergantz rappelle que commémorer l’anniversaire du 18 juin 40 ce n’est pas seulement rappeler un fait historique mais aussi « rendre hommage au sacrifice de nos aînés qui doit servir de lien puissant entre les peuples européens et qui doit enraciner en chacun de nous le goût sans partage de la Démocratie et de la Liberté ».

La musique municipale de Sarralbe a rehaussé la cérémonie par ses interprétations.

Dépôt de gerbe par la délégation polonaise.

Retour à la liste des actualités
Les vidéos L'actu de Sarralbe
en vidéos !
Les photos Les plus belles images
de Sarralbe
Vue du ciel Voir la vidéo Télécharger Documents
administratifs
Vigicrues Toutes les informations
sur les crues de la Sarre
Les boutiques Les vitrines de
Sarralbe
La webcam Les cigognes de
Sarralbe