Taille de caractère : normal ou agrandie

Les news

18 octobre 14h Les champignons dans l’écosystème

Conférence Gratuite - Tout public animée par Gilles Weiskircher, mycologue de l’ANAB (Association Nature Alsace Bossue)
Dimanche 18 octobre à 14 h dans préau de l'école élémentaire Robert Schuman
Ce rendez-vous nous emmènera à la rencontre des champignons saprotrophes, recycleurs de la matière organique, en passant par les mycorhizes, mariage du champignon et de la plante.

Véritable architecte de la nature, il est présent depuis la nuit des temps : du néolithique à nos jours.

Le mycologue expliquera pourquoi le champignon a réussi là où l’homme conquérant a échoué. Une escapade empreinte de poésie et de curiosités à l’aune des dernières découvertes scientifiques.

A partir de 15 h 30, expertise de vos paniers et cueillettes, explication par le mycologue de la méthodologie de détermination d'un champignon, à partir de spécimens cueillis par Gilles Weiskircher.

 

Un champignon se reconnaît aussi par son odeur

Il n’existe pas de d’espèces protégées chez les champignons, mais uniquement à valeur patrimoniale. Pour partir à la cueillette aux champignons il faut de l’observation et de la méthodologie. « On n’identifie pas un champignon avec des photos mais avec des caractères » explique Gilles : identification par la forme : forme générale, chapeau, pied, le biotope (associé avec quel arbre), odeur, ornementation…

Le meunier porte bien son nom, il dégage une odeur de farine ! Beaucoup de descriptions de champignons ayant été faites au 19e siècle, nous ne connaissons plus l’odeur bois de Russie ou gaz de ville !

Pour identifier un champignon, il faut disposer de l’individu entier. Le pied est indispensable car il peut être entouré d’une volve, ce qui est le cas pour l’amanite phalloïde, mortelle ! Il faut savoir qu’en Europe, on s’intoxique uniquement en ingérant un champignon.

Un champignon n’est pas capable de fabriquer sa nourriture et ce sont ses filaments qui vont fabriquer des enzymes digestives. Il se nourrit par absorption au dépend d’un autre être vivant (mycoses de la peau par exemple) ou en symbiose (avec les racines des arbres. Le bénéfice est réciproque aussi bien pour l’arbre que pour le champignon).

En effet le mycélium (partie souterraine du champignon) part à la recherche de racines. L’association symbiotique entre un champignon et les parties souterraines d'une plante, ou mycorhize est du type gagnant-gagnant : le mycélium facilite l’absorption de l’eau et des minéraux par la plante qui lui donne des éléments nutritifs. C’est ainsi que l’on connaît les associations truffe/chêne, mais aussi pour les girolles, cèpes, chanterelles…

Les champignons sont connus pour leur comestibilité et leur toxicité, sur les 4500 champignons qui poussent dans notre région, une vingtaine sont comestibles.

Un ouvrage utile : Le guide des champignons de France et d’Europe de Guillaume Eyssertier.

Retour à la liste des actualités
Les vidéos L'actu de Sarralbe
en vidéos !
Les photos Les plus belles images
de Sarralbe
Vue du ciel Voir la vidéo Télécharger Documents
administratifs
Vigicrues Toutes les informations
sur les crues de la Sarre
Les boutiques Les vitrines de
Sarralbe
La webcam Les cigognes de
Sarralbe